Art has no Nationality

By Meriam Bousselmi
Translated from French by Salma Riahi

I have always been afraid of defining myself as an artist. Today, it scares me even more. What does it mean to be an ARTIST? To have a magical power to move or attract an audience? Is being an Artist a power to please or to divide ? What does it mean to be an artist today, especially if we are originally from the Arab world? Is “simple creativity” enough? When I’m invited to Europe today, people are more interested in my Country than they are in my Art. I feel more like an informer than a creator. I have to report more on the political situation of my home country than on the artistic choices of one of my creations! Why is Art confused with activism when it comes to certain artists like me? As if the transgression can only be unidirectional. A sort of declared resistance that takes a deliberate enemy, most often political and makes it its subject? Can we reduce Art to a form of political resistance?

In „What is the Creative Act?“, Deleuze asserted that: « To create is to resist». As of the outraged Stéphane Hessel, he claimed that: « To create is to resist, to resist is to create ». But what does Resistance by creation mean? What is Art today? What does it mean to be an artist? These are vague flabby concepts that call for vigilance. Art, Artist, Resistance and Engagement are concepts that can have different significations depending on the context. Perspectives depend on the geographic, political and economic situation. For instance, the margin of freedom given to the artists of the German scene and those at the international level in general is incomparable to what is expected from Arab and African artists. In our countries, we must fight against taboos and the aesthetic dictatorships that have existed for several generations. We have to get rid of these Fathers who killed both the Father and the son at the same time ! The self-proclaimed titans and the « holders of the only valuable aesthetic ». There is no THEATRE in the Arab World and in Africa, there are some « doers » who reduced THEATRE to a sort of private property. In Europe, we are reduced to informants on the political issues of our countries of origin. Those who break through are often those who know how to Play “ the Arab or the nigger“. There is a real hiatus between two Worlds: South – North, North- South, even within the same African continent. A sort of desired and maintained misunderstanding.

Camus wrote: „Commitment. I have the loftiest idea, and the most passionate one, of art. Much too lofty to agree to subject it to anything.”.

No, I don’t define myself as a “committed” artist. I consider myself as an « artist », period. I hate confinement. And I refuse to reduce a complex status to a simple « protester tendency ». It is like reducing a people’s history to some events. The whole is always greater than the sum of its parts! The artist is evidently a figure of opposition in a broad sense. « To create is to revolt », Brecht told us. I experience each one of my works as a Revolution, or almost. Yet, this doesn’t mean that I’m a committed artist. I am neither a militant nor a partisan. I don’t want to be in the service of any ideology and I’m not affiliated with any political party. Commitment in art is a false pretext for „opportunism“, „clientelism“ and „careerism“. Especially in the Arab world, where certain internationally renowned artists exploit the «notion of commitment» as if it was a business. Their only merit is the success of their propaganda campaign. Their only talent consists of mastering the art of changing sides. However, their works are anything but transcendent. They hide their lack of creativity and sometimes even their mediocrity behind their « messianism ». It’s disgusting!

Art is, in my opinion, a space for reflection. A space to overcome all the tensions related to inherited or attributed identity. I don’t have an instruction manual .But I’m looking for a real exchange with the other. I’m looking for the “ENCOUNTER” capable of broadening my field of vision. I see creation as a sublime way of „SHARING“. This certainly involves a going back and forth between partners. And in this random motion, there is certainly a tension, a questioning, thus: a confrontation. However, originally, there is the desire to go toward the other through the self. And, conversely, the desire to go toward the self through the other. Hence I call every creation an ENCOUNTER.

We need artists ! Yes, I tremble as I say it. But we need these « crazy » ones, able to enchant a disenchanted world. These creators of magic in a world way too rational. These « marginal » people who replace the poetic at the heart of the political. Che Guevara comes to my mind addressing Ludek Pachman saying: „You know, comrade Pachman, I don’t enjoy being a Minister; I would rather play chess like you, or make a revolution in Venezuela.“ I’m not to judge the positions of my colleagues. What is good for me isn’t necessarily good for the others. What is good for others isn’t necessarily good for me. And I hate single thought and those who love to lecture others. I wouldn’t want to simplify the reflection and make it simplistic.
I condemn this conduct that reduces certain artists to simple agitators and puppets of the public space, and I plead for a more radical resistance. More than a political speech, I demand a political art that really confronts by its form, its manner and its content, the news, the art market and the power.
To the label of « Arab » artist, I prefer just artist. Art has no nationality. I refuse to let my « artist legitimacy » be based on the persecution or political commitment. To the label of social artist, I prefer « asocial » artist. I situate art and my role as an artist in a logic of battle, in an antagonistic relationship with the established order, in a logic of resistance to politicisation and in a logic of poetic resistance. We must look for the alternative of the political instead of engaging in the political.
I prefer to remain faithful to the revolutionary duty of the artist by trying to do my best in what I do, by engaging in the production of a work in motion that searches and searches itself. Behind the displayed pseudo-militantism, there are numerous of social climbers, collaborators of yesterday, of today and of tomorrow. Behind the messianism of some « committed» artists, there is a reversed domination. Those who closely observe the current situation in Tunisia and in the Arab World can only see the „le Dishonour of Poets“.

Thereon, Benjamin Péret wrote: “ But the poet does not have to perpetuate for others an illusory hope, whether human or celestial, nor disarm minds while filling them with boundless confidence in a father or a leader against whom any criticism becomes a sacrilege Quite the contrary, it is up to the poet to give voice to words always sacrilegious, to permanent blasphemies.. Thus he will be a revolutionary but not one of those who oppose today’s tyrant, whom they see as baneful because he has betrayed their interests, only to praise tomorrow’s oppressor, whose servants they already are.“

It is high time for the West to stop its craze for the « aesthetics of persecution and compassion ». Art in infinitely greater and more universal because it is infinitely personal and intimate. It is high time for the East to « kill its darlings» and stop restricting itself to what it knows how to produce. And perhaps above all, stop fearing what it believes itself to be incapable of producing.
It is the freedom of thought and creation that is at stake and that is the real stake.
There is no more common horizon, but a multiplicity of debates around possible worlds that we have to articulate between them… The most important thing of all this, in the « becoming » in the Hegelian sense or the thinking process…

Meriam Bousselmi Berlin 2016

 

L’Art n’a pas de Nationalité

Par Meriam Bousselmi

J’ai toujours eu peur de me définir en tant qu’artiste. Aujourd’hui encore plus. Ça veut dire quoi être ARTISTE ? Avoir un pouvoir magique pour émouvoir ou accrocher une audience ? Etre Artiste, c’est-ce un pouvoir de plaire ou de diviser ? C’est-à-dire quoi être Artiste aujourd’hui surtout si on est originaire du monde arabe? La « simple créativité » suffit-elle ? Quand on m’invite aujourd’hui en Europe, on s’intéresse plus à mon Pays qu’à mon Art. J’ai le sentiment d’occuper un statut d’informateur plutôt que de créateur. Je dois plus rendre compte de la situation politique chez moi que de mes choix artistiques sur une de mes créations ! Pourquoi confond-on l’Art avec le militantisme quand il s’agit de certains artistes comme moi ? Comme si la transgression ne peut être qu’à sens unique. Une sorte de résistance déclarée qui prend un ennemi délibéré, politique le plus souvent et en fait son sujet ? Peut-on réduire l’Art à une forme de résistance politique ?

Dans „Qu’est-ce que l’acte de la création ?“, Deleuze a affirmé : « Créer c’est résister ». L’indigné Stéphane Hesssel revendiquait à son tour : « Créer c’est résister, résister c’est créer ». Mais que signifie la Résistance par la création ? C’est quoi l’Art aujourd’hui ? Qu’est-ce que cela signifie d’être artiste ? Voilà des concepts vagues, flasques qui appellent à la vigilance. Art, Artiste, Résistance et Engagement sont des concepts qui impliquent des significations différentes selon le contexte. Les perspectives sont tributaires de la situation géographique, politique et économique. La marge de liberté qu’on accorde aux artistes de la scène allemande par exemple et pour les artistes à l’échelle internationale en générale est incomparable avec ce qu’on attend des artistes arabes et africains. Dans nos pays nous devons combattre les tabous et les dictatures esthétiques en place depuis quelques générations. Nous devons nous débarrasser de ces Pères qui ont tué le Père et le fils à la fois ! Qui se sont autoclamés les titans de la place et les « détenteur de la seule esthétique de valeur ». Il n’y a pas de THEATRE dans le Monde arabe et en Afrique, il y’a quelques « faiseurs » qui ont réduit le THEATRE à une sorte de propriété privé. En Europe, nous sommes réduits à des informateurs sur les questions politiques de nos pays d’origine. Ceux qui percent sont souvent ceux qui savent jouer “ l’arabe ou le nègre de service“. Il y’a un véritable hiatus entre deux Mondes : Sud – Nord, Nord- Sud, même au sein du même continent africain. Une sorte de malentendu voulu et entretenu.

Camus écrivait : „Engagement. J’ai la plus haute idée, et la plus passionnée, de l’art. Bien trop haute pour la soumettre à rien“.

Non, je ne me définis pas comme artiste « engagée ». Je me considère comme « artiste » point. J’ai horreur de la réduction. Et je refuse de réduire un statut complexe à une simple « tendance protestataire ». C’est comme réduire l’histoire d’un peuple à quelques événements. Le tout est toujours supérieur à la somme des parties ! Il est évident que l’artiste soit une figure de l’opposition dans un sens large. « Créer c’est se révolter », nous dit Brecht. Je vis chacune de mes oeuvre comme une Révolution ou presque. Cela ne vaut pas dire pour autant que je sois une artiste engagée. Je ne suis ni une militante ni une partisane. Je ne veux pas être au service d’une idéologie et je ne suis affilée à aucun parti politique. L’engagement dans l’art est un faux prétexte à l'“opportunisme“, au „clientélisme“ et au „carriérisme“. Surtout dans le monde arabe où certains artistes de renommée internationale exploitent la « notion d’engagement » comme on exploite un fond de commerce. Ils n’ont du mérite que le succès de leurs compagnes de propagande. Leur unique talent consiste à manier l’art de retourner la veste. Par contre leurs oeuvres sont tout sauf transcendantes. Ils cachent leur manque de créativité et parfois même leur médiocrité derrière leur « messianisme ». C’est répugnant !

L’Art est à mon sens un espace de réflexion. Un espace pour dépasser toutes les crispations liées à l’identité héritée ou attribuée. Je n’ai pas de mode d’emploi. Mais je cherche un véritable échange avec l’Autre. Je cherche la “ RENCONTRE “ capable d’ouvrir mon champ de vision. Je conçois la création comme un moyen sublime du „PARTAGE“. Cela implique un va et viens certes entre les partenaires. Et dans ce mouvement aléatoire, y’a certainement une tension, un questionnement, donc: une confrontation. Mais, à l’origine, y’a l’envie d’aller vers l’autre en passant par soi. Et inversement, l’envie d’aller vers soi en passant par l’autre. D’où j’appelle RENCONTRE, toute création.

Nous avons besoin des Artistes ! Oui, je tremble à le dire. Mais nous avons besoins de ces « fous » capables d’enchanter un monde désenchanté. Ces créateurs de magie dans un monde trop rationnel. Ces « marginaux » qui replacent le poétique au coeur du politique. Il me vient à l’esprit Che Guevara s’adressant à Ludek Pachman il dit : „Vous savez, camarade Pachman, je n’éprouve pas de plaisir à être ministre, je préfèrerais jouer aux échecs comme vous, ou alors faire une révolution au Venezuela.“ Je n’ai pas à juger des positions de mes collègues. Ce qui est bon pour moi n’est pas forcément pour les autres. Ce qui est bon pour les autres ne l’est pas forcément pour moi. Et puis j’ai horreur de la pensée unique et des donneurs de leçon. Je ne voudrais pas simplifier la réflexion à une réponse simpliste.

Je dénonce cette conduite qui réduit certains artistes à de simples agitateurs et guignols de l’espace public et je plaide pour une résistance plus radicale. Plus qu’un discours politique, je revendique un art politique qui se confronte réellement, dans sa forme, sa manière et son contenu, à l’actualité, au marché de l’art et au pouvoir.

Au label de l’artiste « arabe », je préfère artiste tout court, l’art n’a pas de nationalité. Je refuse que ma « légitimité d’artiste » soit fondée sur la persécution ou sur l’engagement politique. Au label de l’artiste sociale, je préfère artiste « asociale ». Je situe l’art et mon rôle d’artiste dans une logique de combat, dans un rapport antagoniste avec l’ordre établi, dans une logique de résistance à la politisation et dans une logique de résistance poétique. Il faut chercher l’alternative du politique au lieu de s’engager dans le politique.

Je préfère rester fidèle au devoir révolutionnaire de l’artiste en cherchant à donner le meilleur de ce que je sais faire, en m’engageant dans la production d’une oeuvre en mouvement qui cherche et se cherche. Derrière le pseudo militantisme affiché, il y a beaucoup d’arrivistes, de collabos d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Derrière le messianisme de certains artistes « engagés », il y a de la domination inversée. Celui qui observe de près l’actualité en Tunisie et dans le Monde arabe ne peut y voir que „le Déshonneur des poètes“.

A ce sujet, Benjamin Péret avait écrit : „mais le poète n’a pas à entretenir chez autrui une illusoire espérance humaine ou céleste, ni à désarmer les esprits en leur insufflant une confiance sans limite en un père ou un chef contre qui toute critique devient sacrilège. Tout au contraire, c’est à lui de prononcer les paroles toujours sacrilèges et les blasphèmes permanents. … Il sera donc révolutionnaire, mais non de ceux qui s’opposent au tyran d’aujourd’hui, néfaste à leurs yeux parce qu’il dessert leurs intérêts, pour vanter l’excellence de l’oppresseur de demain dont ils se sont déjà constitués les serviteurs.“

Il est temps que l’occident arrête son engouement pour les « esthétiques de la persécution et de la compassion ». L’Art est infiniment plus grand, plus universel parce qu’il est infiniment personnel et intime. Il est temps que l’orient « tue ses chéris » ( comme l’exprime très bien l’expression anglaise „kill your darlings“ ) et arrête de se contenter de ce qu’il sait produire. Voire, surtout arrêter de craindre ce qu’il pense être incapable de produire.

C’est la liberté de pensée et de création qui est en jeu et qui est le véritable enjeu.

Il n’y a plus un horizon commun, mais une multiplicité de débats autour de mondes possibles que nous devons articuler entre eux..

Le plus important dans tout cela, c’est le « devenir » au sens hégélien ou la pensée en marche…

Meriam Bousselmi
Berlin 2016

Ein Kommentar zu “Art has no Nationality

  1. Jürgen Deutsch

    Hallo! Liebe Meriam,

    Die Nationalität in der Kunst ist nicht entscheidend (Du bist ein Beispiel).
    Entscheidend ist, dass die Kunst den Menschen erreicht, egal mit welcher mit Nationalität und eine Identifikation mit dem Thema erreicht wird.

Schreibe einen Kommentar